Christophe Bevilacqua

Forum officiel pour tous les passionnés de l'oeuvre de Christophe !
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» Concerts...
Dim 27 Aoû - 13:15 par jakies50

» Passage à la TV le 11 Fevrier...
Sam 11 Fév - 21:18 par DESIGNED57

» Concert du jeudi 02 février
Mer 1 Fév - 13:22 par odile

» 21 janvier 2017 EUROPE1
Ven 20 Jan - 19:15 par uber

» VENDREDI 9 DÉCEMBRE 2016
Jeu 15 Déc - 15:26 par jakies50

» Concert en Suisse
Dim 20 Nov - 13:18 par DESIGNED57

» Concert de Metz
Ven 18 Nov - 10:50 par DESIGNED57

» Fan-club officiel de Christophe
Mar 8 Nov - 12:24 par Invité

» Concert au Luxembourg...
Lun 7 Nov - 10:53 par DESIGNED57

Liens

Le site officiel (Capitol Universal)

La page Facebook officielle (admin Stéphanie, David, Pascal)

Le Twitter officiel (admin Capitol Universal, Stéphanie)

Le site de Fabien (admin Fabien)

Forum officiel Christophe Passion (admin David)

Chaîne Youtube officielle ThePpichard (admin Pascal)


Autres partenariats
Forum de Loane

Forum officiel de Phantom and the Ravendove
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 3 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 3 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 145 le Sam 15 Déc - 23:43
Autopassion.net le site dédié à l'automobile créé par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 liban dernier concert

Aller en bas 
AuteurMessage
jakies50



Nombre de messages : 214
Date d'inscription : 11/08/2009
Age : 66
Localisation : marigny 50

MessageSujet: liban dernier concert   Lun 23 Mar - 9:55

un article sur le concert au liban dans le journal  l orient un jour  ...voila c etait le dernier concert
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stéphanie

avatar

Nombre de messages : 2238
Date d'inscription : 14/08/2008

MessageSujet: Re: liban dernier concert   Mar 21 Avr - 23:53

Merci Jackies !

=> http://www.lorientlejour.com/article/917039/christophe-quelque-part-entre-aline-et-alien.html


Christophe, quelque part entre Aline et Alien


Gilles Khoury
23/03/2015


Cinquante ans de romance et des poussières d’improvisations.



La dernière fois que ses inamovibles santiags se sont promenées sur les planches libanaises, c'était il y a quatre ans. Pour son retour – sur la scène du Casino du Liban, cette fois-ci –, la magie était encore au rendez-vous, au propre comme au figuré. Les santiags aussi.


Christophe ne vit que la nuit. Aujourd'hui, ses nuits sont souvent studieuses : il a installé un studio chez lui et il compose dans son antre, entouré de ses machines, obstiné inventeur de sons qu'il est. Quand il nous invite alors à partager l'intimité de ses soirs, ou lorsqu'il s'incruste dans les nôtres, c'est déjà une aubaine. Pour Christophe, « l'esprit de collection » constitue également l'essentiel de son rapport au monde. Dans sa collection, il y a des juke-box, des 78 tours, des voitures, des synthétiseurs, des instruments, mais aussi des sons, des bouts de texte... qu'il amasse et stocke dans sa tête. Lorsqu'ils rejaillissent, de nombreuses années plus tard, dans un élan de générosité, c'est aussi une grande chance. Le public du Casino du Liban, ce soir-là, s'est donc senti privilégié d'assister au concert du chanteur aux cheveux peroxydés (dans un coproduit de Star System-2U2C). Un spectacle où chacun a bu à la source, selon sa soif, entre le kitsch d'Aline et les prémices de son prochain disque, fondamentalement électro.

Cage chromée
Dans une sorte de cage baldaquin chromé où le chanteur s'isole (tout en restant bien là), il démarre sa représentation avec Voix sans issue qui plonge le public dans un univers à mi-chemin entre Aline et Alien. Mains sur les cuisses moulées de jean gris sur bottes grises, il redresse son buste princier « gaufré » d'un pull marine. Derrière ses lunettes cerclées, ses yeux n'ont rien perdu de leur étincelle un brin subversive. « Bonsoir », marmonne-t-il de sa voix mercurielle si singulière. Puis, pendant près de deux heures, il a déployé ses quantas esthétiques : cinquante ans de romance, ses grands classiques à la demande du public et des poussières d'improvisions, parce qu'il a quand même eu l'envie « de se faire plaisir ». Mais la grande surprise de ce concert, c'était la voix, qu'on soupçonnait voilée ou carrément éteinte et qui est parvenue à gravir tous les sommets d'hier et d'aujourd'hui sans montrer de véritables signes extérieurs d'épuisement. Cette voix qui remplace mille instruments, cette voix sans filtre, une voix qui constitue assurément l'instrument central de cette tournée intime.

Bluff et dépouillement
En toute intimité donc, tel un lonely cow-boy en santiags délavées, le grand Christophe s'est promené entre son piano « auquel il s'est mis il y a à peine deux ans », sa guitare, son synthé et son harmonica pour offrir un moment solo de partage avec un public assez capricieux. Sur le fil, telles ses Marionnettes d'antan réanimées en douceur, entre Paradis perdus et Petite Fille du soleil métamorphiques, l'art de Christophe, tel que mis en œuvre dans ce cadre 2015, tenait d'un télescopage alchimique : futur antérieur, puissance et délicatesse, bluff et dépouillement, atypie populaire.

Poker
Ponctuant chaque chanson d'un laconique et trembloté « Merci, infiniment merci », le chanteur ne s'est pas contenté de ressortir ses valeurs sûres. Christophe, joueur de poker qu'il est, avait bien quelques atouts non retournés dans sa manche. S'aventurant sur des titres qu'il n'avait pas chantés depuis des lustres, il leur a octroyé une deuxième vie. Des moments de grâce, comme sur cette version revampée de La Petite Fille du troisième, sur la scénographie d'une Daisy encagée ou sur un Je l'ai pas touchée entonné avec une voix de muezzin sous acide. Une compilation de maquettes, d'esquisses expérimentales et autres versions inédites de ses tubes des années 60, 70 et 80 ; une bénédiction pour ceux qui ont toujours rêvé de visiter l'arrière-cuisine de ses albums officiels, voire de pénétrer l'Ali Baba complexe de son univers qu'il investit comme un film. Les nappes de synthés, tapissées de patchworks vocaux, des paroles pleurées et des chuchotements ont donc créé une nuit cosmique d'affects et de sons, toute cinématographique et pourtant d'une simplicité troublante.
Après deux heures d'un spectacle total et totalement barré, aux frontières du réel et du kitsch, et même si le public n'a pas toujours été à la (dé)mesure sidérale de l'artiste, on avait une seule envie : crier Christophe, pour qu'il revienne ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
liban dernier concert
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» mort du dernier héros
» Votre Dernier Jeu Vidéo /PS3/X-BOX 360/DS/PSP/Wii/PC
» Le dernier jeu à la con : créer sa pochette d'album
» [OS] Le dernier poème de la demoiselle
» DERNIER DINDON ATTAQUE de l'année - samedi 7 mai 2001

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Christophe Bevilacqua :: Christophe :: Vidéos-
Sauter vers: