Christophe Bevilacqua

Forum officiel pour tous les passionnés de l'oeuvre de Christophe !
 
AccueilCalendrierGalerieFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
Derniers sujets
» Concerts...
Dim 27 Aoû - 13:15 par jakies50

» Passage à la TV le 11 Fevrier...
Sam 11 Fév - 21:18 par DESIGNED57

» Concert du jeudi 02 février
Mer 1 Fév - 13:22 par odile

» 21 janvier 2017 EUROPE1
Ven 20 Jan - 19:15 par uber

» VENDREDI 9 DÉCEMBRE 2016
Jeu 15 Déc - 15:26 par jakies50

» Concert en Suisse
Dim 20 Nov - 13:18 par DESIGNED57

» Concert de Metz
Ven 18 Nov - 10:50 par DESIGNED57

» Fan-club officiel de Christophe
Mar 8 Nov - 12:24 par Invité

» Concert au Luxembourg...
Lun 7 Nov - 10:53 par DESIGNED57

Liens

Le site officiel (Capitol Universal)

La page Facebook officielle (admin Stéphanie, David, Pascal)

Le Twitter officiel (admin Capitol Universal, Stéphanie)

Le site de Fabien (admin Fabien)

Forum officiel Christophe Passion (admin David)

Chaîne Youtube officielle ThePpichard (admin Pascal)


Autres partenariats
Forum de Loane

Forum officiel de Phantom and the Ravendove
Navigation
 Portail
 Index
 Membres
 Profil
 FAQ
 Rechercher
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 4 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 4 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 145 le Sam 15 Déc - 23:43

Partagez | 
 

 Interview midi libre (01.10.13)

Aller en bas 
AuteurMessage
jakies50



Nombre de messages : 214
Date d'inscription : 11/08/2009
Age : 66
Localisation : marigny 50

MessageSujet: Interview midi libre (01.10.13)   Jeu 3 Oct - 20:05

interview de christophe sur le concert de beziers dans midi libre . bon concert pour les fans presents !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stéphanie

Stéphanie

Nombre de messages : 2238
Date d'inscription : 14/08/2008

MessageSujet: Re: Interview midi libre (01.10.13)   Jeu 3 Oct - 22:04

Merci Jackies50 ! Wink

Le chanteur Christophe se livre avant son concert à Béziers

=> http://www.midilibre.fr/2013/10/01/comme-si-je-me-jettais-dans-la-cage-aux-lions,764204.php

Recueilli par CYRIL CALSINA
01/10/2013, 16 h 33 | Mis à jour le 01/10/2013, 17 h 19

Il se produira jeudi soir, à 20 h 30, à la salle Zinga Zanga. Entretien avec un mélodiste pointilleux.

Cet “Intime tour” que vous donnerez demain soir à Béziers était-il un besoin particulier ?

Pas spécialement. Je n’ai pas de besoins, je fais uniquement ce qui me plaît.

C’est un sacré luxe...

Oui, bien sûr ! Ça fait plus de 50 ans que je vis comme ça. C’est un luxe de joueur et de mec qui aime le risque.

Et ce risque, il paye ?

En tout cas, sur le plan artistique, oui. Dans cet “Intime tour”, que j’ai commencé en janvier au théâtre Marigny, je fais des expériences techniques sur le son. Quand j’étais jeune, j’ai fait des concerts mais c’était un truc affreux qui n’avait pas beaucoup d’intérêt parce qu’on avait tendance, avec la technique du moment, à ramer pour chanter avec un son impossible et, franchement, ce n’était pas ma tasse de thé. Là, depuis 2002, j’ai commencé à tourner. On est dans une configuration de sons plus performante et ça devient beaucoup plus excitant.

Est-ce que vous, éternel insatisfait, l’êtes aujourd’hui ?

C’est un oui à 60 %. C’est bien déjà ! Nous (les gens dans mon format) qui travaillons sur des synthétiseurs, des tables de mixage..., qui connaissons parfaitement la forme et le plaisir du son, quand on se retrouve en concert avec un son qui ne donne pas envie, ça ne nous donne pas envie. Déjà pour faire un concert, il faut en avoir envie...

De toute façon, le public doit forcément le ressentir en retour...

Effectivement, il faut se le sentir pour que le public le ressente. Le lien avec le public, il se passe à travers un tas de paramètres qui n’est pas forcément direct. C’est fait de petites cases. Il n’y a pas que l’artiste, il y a des techniciens qui l’accompagnent pour qu’il donne plus de feeling. Sinon, on a un concert où les gens sont moins à l’écoute. Ils sont là et même si on faisait n’importe quoi ça marcherait quand même. Ce sont des choses que je n’aime pas du tout.

Piano, guitare et vous. Il n’y’a pas plus intime finalement...

Il y a une station piano, une station synthétiseur avec ordinateurs, puis une station guitare. Vous savez, je suis autodidacte en tout et chaque concert est pour moi une nouveauté. Comme je ne suis pas instrumentiste, j’apprends à voir où est mon plaisir par rapport à des sons de guitare. L’expérience que je fais, c’est comme si je me jetais dans la cage aux lions. Je ne suis certain en rien, mais il faut qu’on m’aime comme ça. Quand on vient me voir, on ne vient pas voir un virtuose. Avec le peu qui me fait vibrer, j’arrive à faire des mélodies. C’est ce qui s’appelle la passion.

Comment le raconteriez-vous ce concert ?

C’est difficile parce que là, je suis en train de l’imaginer (l’interview a été réalisée lundi soir, NDLR). Je bouge beaucoup de choses parce que je me suis rendu compte que dans l’“Intime tour” du mois de janvier, j’ai trop tourné autour de chansons les plus populaires alors que là j’ai envie de faire découvrir des trucs aux gens et de leur chanter des chansons qui ont compté pour moi. Même si "Les mots bleus" ou les trucs que je fais toujours seront là. C’est normal.

Le Christophe infaillible, on ne le verra donc jamais ?

Ah non, ça, ce n’est pas possible. Il y en a un, mais ce n’est pas moi. Il doit exister quelque part, il faut regarder sur internet.

Vous êtes en pleine préparation de votre dixième album également. Vous pouvez nous en dire plus ?

Oui, il prend du temps. Pour en revenir encore sur ce putain de son, il faut effectivement lui donner une jolie couleur. Aujourd’hui, tout est possible, la technique a tellement évolué ! Chaque groupe, chaque chanteur ou chanteuse doit être un vrai chineur de sons pour donner quelque chose d’original. C’est le but de cet album et surtout pas de faire un amas de duos comme on me l’avait proposé il y a quelque temps. Je veux bien gagner de l’argent, parce que je suis comme tout le monde et quand j’en gagne je me dis que ça fait du bien, mais je veux le prendre en prenant mon plaisir.

Plus de 50 ans de carrière, voilà un mot que n’aimez pas. Vous préférez le qualifier d’artisanat musical...

Je préfère dire la route de ma vie. Je ne sais pas si je comprends bien le mot carrière ou carriériste, même si ça n’a rien à voir. Carrière, ça me paraît quelque chose de fermé, comme s’il y avait un début et une fin. Je n’aime ni le début, ni la fin, je n’aime que l’inconnu.

Vous entretenez une belle amitié avec le Gardois Julien Doré. Mais pourquoi lui, vous vous reconnaissez en lui ?

C’est une question d’abord humaine. Ce mec-là, voilà quelqu’un qui a du talent en France et il n’y en a pas beaucoup que j’aime. Il est dans sa bulle, il est passionné. On s’est habitué à aller jouer aux boules ensemble et ça forme une amitié particulière. On a du plaisir à se retrouver. Mais c’est comme si j’invitais Camille ou, surtout par rapport à son dernier album et que je trouve qu’il évolue vachement bien, Raphaël. Il est vrai, peut-être trop cash, mais c’est un mec très collectionneur. On les voit les gens qui ne sont pas des touristes dans le métier.

Vous êtes capable de faire des concerts de plus de trois heures. Vous vous sentez en forme pour Béziers ?

Oui, ça va. Mais ce n’est pas la longueur qui m’inquiète quand je prends du plaisir. Je vais essayer de faire moins long parce que, je ne me rends pas compte, si c’est bien pour les gens de longs concerts. Je ne sais pas. Ce qui compte, c’est l’instant du moment, l’émotionnel... Si je fais un truc un peu serré, c’est que j’aurai eu un problème de ne pas me sentir bien avec des choses qui échappent au public. La technique, ça compte beaucoup pour moi qui suis en vibration uniquement sur une façon d’entendre des choses en profondeur. Si tout à coup, je ne les entends qu’à moitié, je ne vais pas être dans le même état d’esprit. En tout cas, je suis content de venir à Béziers et j’espère que vous aurez du soleil. Je serai content de faire un petit tour dans votre ville, de respirer votre air...

Il reste des places disponibles. Tarifs : de 30 € à 14 €. Locations dans les points de vente habituels ou à la billetterie du Théâtre de Béziers, en haut des allées Paul-Riquet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Interview midi libre (01.10.13)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» midi libre hier
» midi libre johnny en coulisse
» Midi libre .fr Nîmes : ils campent devant les arènes pour voir Johnny
» MARK KNOPFLER aux arènes de Nîmes le 22 juillet 2010 !
» Midi libre 26 Avril 2010

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Christophe Bevilacqua :: Christophe :: Presse-
Sauter vers: